La cholangite sclérosante primitive (CSP) est étroitement associée à la maladie inflammatoire de l’intestin (MII). Alors que l’association entre la CSP et la MII est bien établie, la raison de cette association est inconnue. On pense que la CSP et la MII sont toutes les deux des maladies génétiques complexes, causées par une combinaison de facteurs de risque environnemental. Une recherche portant sur le rôle de la génétique dans la CSP a montré que certains risques génétiques loci trouvés dans la MII sont également associés à la CSP. Les connaissances du rôle de la génétique dans la CSP continuent de progresser, mais on sait encore peu de choses sur les possibles facteurs déclenchants environnementaux.

Des études dans le domaine de la MII ont montré que le tabagisme, et une appendicectomie antérieure, ont un effet protecteur contre le développement d’une colite ulcéreuse (CU). Il a également été démontré que les parents au premier degré de patients souffrant de CSP ont un risque accru de développer une CSP et une CU.  Jusqu’ici, il n’y a aucune étude importante qui ait pris en compte les effets du tabagisme et de l’appendicectomie dans le risque de développer une CSP.

 Les chercheurs de cette étude avaient pour objectif d’évaluer les facteurs de risque environnemental potentiels de développer une CSP dans un groupe important de patients souffrant de CSP. Les facteurs de risque potentiel étudiés étaient le tabagisme, un historique d’appendicectomie, un historique familial de MII et de maladie hépatique auto-immune, ainsi que la répartition géographique. Afin d’examiner ces facteurs de risque, les patients souffrant de CSP recrutés dans le cadre de cette étude ont été comparés aux contrôles de la MII ainsi qu’à des contrôles sains (CS). En utilisant ces groupes de contrôle, les chercheurs ont pu comparer à quelle fréquence l’exposition à un factor de risque était présente dans chaque groupe, et déterminer ainsi la relation entre le facteur de risque et la maladie.

Les participants ont été recrutés au sein du projet Epi CSP CBP, une importante étude cohorte basée sur une population de patients souffrant de CSP et de cholangite biliaire primitive (CBP) aux Pays-Bas, effectuée du 1er Janvier 2008 au 31 Décembre 2011. Les participants ont été invités à prendre part à une étude, à fournir un consentement éclairé et à remplir un questionnaire comportant 10 questions relatives à leur statut tabagique, à leur appendicectomie antérieure, et leur demandant s’ils avaient des parents au premier degré souffrant de MII et/ou d’une maladie hépatique auto-immune.

Au total, 343 patients souffrant de CSP ont accepté de participer et de remplir le questionnaire; 164 de ces patients avaient une CU concomitante, et 50 avaient la maladie de Crohn (MC). Un total de 370 patients souffrant de MII et 232 CS ont accepté de participer et de remplir le questionnaire. Les données démographiques ont montré que le groupe de patients de cette étude souffrant de CSP était représentatif de la population souffrant de CSP aux Pays-Bas. Leur âge moyen était de 48 ans et 65% des patients étaient des hommes; dans le groupe de contrôle MII, 40% étaient des hommes et leur âge moyen était de 43 ans. Dans le groupe de CS, l’âge moyen était de 55 ans, avec 46% d’hommes.

Les patients souffrant de CSP ont été répartis, en se basant sur la présence d’une MII concomitante, en patients ayant une CU, en patients souffrant de la MC et en patients non atteints de MII concomitante. Aucun patient contrôlé comme souffrant de MII n’a reçu un diagnostique de maladie hépatique, et tous les tests de routine de la fonction hépatique se sont révélés normaux.

Pour distinguer les facteurs de risque de développement d’une CSP des facteurs de risque d’une MII, les patients contrôlés pour la CSP et la MII ont été appariés en fonction du type de MII (soit CU soit MC) : les patients souffrant de CSP-CU ont été comparés avec les patients contrôlés CU, les patients souffrant de CSP-MC ont été comparés avec les patients contrôlés MC. Les patients atteints de CSP sans MII ont été analysés séparément et comparés avec les CS (contrôles sains).

Les facteurs de risque potentiel liés au genre, à l’âge, à la condition de tabagisme, à l’appendicectomie (ablation chirurgicale de l’appendice), à l’historique familial de MII et de maladie hépatique auto-immune dans le développement d’une CSP, ont été analysés en comparant des fréquences relatives (à quelle fréquence un facteur de risque était présent dans le groupe CSP-MII, par opposition au groupe de contrôle MII, et dans le groupe CSP-MII par opposition aux CS.

Les chercheurs ont décrit les conclusions suivantes :

Le tabagisme:

Il y avait dans l’ensemble moins de fumeurs dans le groupe CSP que dans le groupe CS. Une tendance similaire a été observée dans le sous-groupe de patients CSP n’ayant pas de MII, en comparaison avec les CS. Lorsque l’on a comparé les patients CSP-CU aux contrôles CU, on a observé que les patients CU étaient plus souvent des fumeurs, comparés aux patients CSP-CU.  Des résultats similaires ont été observés dans les groupes CSP-MC et les groupes MC.  Le tabagisme a été significativement associé à un risque moindre de développer une CSP aussi bien chez les patients CU que chez les patients MC.

Cette étude est la plus importante étude de contrôle de cas  indiquant que le tabagisme est indépendamment associé à un risque moindre de développer une CSP, et elle est en accord avec les études précédentes. Les chercheurs ont noté que leur étude s’accordait avec une récente étude effectuée par Eaton et al., qui ont également observé que le tabagisme protégeait contre le développement de la CSP chez les patients CSP-MII mais pas parmi les patients CSP n’ayant pas de MII. Les résultats pourraient suggérer que l’association entre le tabagisme et la CSP est dirigée par un génotype spécifique et correspondant à un phénotype CSP-MII.

On ne sait pas encore de quelle façon les mécanismes sous-jacents des effets du tabagisme ont un impact sur le développement (la pathogénèse) de la CSP ou de la MII. Le tabac contient plus de 4000 produits chimiques, la nicotine en étant la plus étudiée. La nicotine exacerbe les récepteurs spécifiques  dans le système nerveux central et dans d’autres parties du corps, pouvant mener à la sensibilisation de certaines voies anti-inflammatoires : les voies anti-inflammatoires cholinergiques. Alors que les effets du tabagisme sur la progression de la CSP n’ont pas été étudiés, chez les patients souffrant de CBP le tabagisme a été associé à une maladie avancée au moment de sa détection. Cela pourrait suggérer que même si le tabagisme est associé à un risque moindre de développer une CSP, il pourrait accélérer la progression de la maladie une fois que la fibrose hépatique est présente.

Appendicectomie:

L’appendicectomie avait été pratiquée aussi bien parmi les patients CSP que dans les CS, alors que plus de patients CSP-CU que de contrôles CU avaient subi une appendicectomie. Plusieurs études ont mis en évidence l’effet protecteur de l’appendicectomie sur une CU en développement, et les conclusions de cette étude appuient ces résultats. Cependant, aucune association entre l’appendicectomie et le développement d’une CSP n’a été mise en évidence – ceci est en accord avec une importante méta-analyse de quatre études qui a démontré qu’il n’y avait pas d’association. La fréquence plus élevée d’appendicectomie dans le groupe CSP-CU comparée au groupe CU indique que l’appendicectomie peut être un facteur de risque de développer une CSP chez les patients CU.

La raison pour laquelle l’appendicectomie influe sur le risque de développer une CU est un sujet important de recherche depuis de nombreuses années. Une vaste étude réalisée par Anderson et al. suggère qu’il est plus probable que c’est l’inflammation de l’appendice (raison pour laquelle on l’a retiré) qui cause l’effet protecteur, plutôt que l’absence de l’appendice après l’appendicectomie.

Historique familial:

Dix pour cent de patients CSP-CU et 17% de contrôles CU ont eu un membre au premier degré de leur famille souffrant d’une MII, mais il n’a pas été trouvé de différence entre les contrôles CSP-MC et MC. Un historique familial de MII n’a été un facteur de risque indépendant pour la CSP dans aucun des sous-groupes CSP-MII.  Les maladies hépatiques auto-immunes ont été davantage prédominantes dans les familles de patients CSP-MC que dans les familles de contrôles MC, mais en très petit nombre. Les familles de patients CSP-CU ont présenté des fréquences similaires de maladie hépatique au-immune, comparées aux familles CU.

Répartition géographique:

Il y a eu une répartition géographique équilibrée de patients CSP dans toute la région dans laquelle ils vivaient, ce qui laisse à penser que l’environnement résidentiel ne joue pas un rôle dans le développement de la CSP.

Conclusion

Les  chercheurs ont conclu que sur une importante cohorte basée sur la population de patients CSP, le tabagisme est associé à un moindre risque de développer une CSP,   indépendant de l’effet protecteur du tabagisme concernant la CU, alors que l’appendicectomie n’est pas un facteur de risque indépendant concernant la CSP.

Glossaire

Etude de cas témoins: c’est une étude qui compare des patients ayant une maladie ou un   résultat d’intérêt avec des patients n’ayant pas la maladie ou les résultats, et qui cherche rétrospectivement à comparer à quelle fréquence l’exposition à un facteur de risque est présente dans chaque groupe afin d’établir la relation entre le facteur de risque et la maladie.

(https://himmelfarb.gwu.edu/tutorials/studydesign101/casecontrols.html)

Cohorte: La cohorte est un groupe de personnes ayant vécu un événement particulier ou souffert d’une maladie particulière dans un laps de temps spécifique.

Génotype: une combinaison en un locus spécifique, ou toute combinaison précisée de loci

Loci (pluriel) Locus: En génétique, les loci sont les positions de gènes particuliers sur un chromosome,  qui sont plus courantes dans une maladie par rapport aux contrôles.

Médiane: La médiane est la valeur centrale d’une distribution, au-dessus et au-dessous de laquelle se trouve un nombre égal de valeurs.

Pathogénèse: C’est le mécanisme (ou les mécanismes) biologique(s) qui conduisent à la maladie.

Phénotype: C’est l’expression d’une caractéristique spécifique basée sur des influences génétiques et environnementales.

Basée sur la population: Expression traditionnellement utilisée pour décrire une étude impliquant “une population générale” déterminée, par exemple un groupe de personnes souffrant de CSP.

—————————————————————————————————————————————————————————————————

L’auteur de cette version vulgarisée de l’article est le Dr Valmae Ypinazar (PhD), Senior Research Fellow, Griffith University, Southport, Queensland, Australie.

Traductrice: Ode Laforge (Translators without BordersJune 2016

La version originale (en Anglais) de l’article ci-dessus a été vérifiée et approuvée par le Dr. E.M.G de Vries et le Dr. K. Boonstral.

 Cette version est basée sur l’article complet:

Facteurs de risque pour la cholangite sclérosante primitive

Kirsten Boonstra1*, Elisabeth M. G. de Vries1*, Nan van Geloven 2, Karel J. van Erpecum 3, Marcel Spanier 4, Alexander C. Poen 5, Carin M. van Nieuwkerk 6, Ben J. Witteman 7, Hans A. Tuynman 8, Anton H. Naber 9, Paul J. Kingma 9, Ulrich Beuers 1 and Cyriel Y. Ponsioen 1 on behalf of the Epi PSC PBC Study Group

1 Department of Gastroenterology and Hepatology, Academic Medical Center, Amsterdam, the Netherlands; 2 Clinical Research Unit, Academic Medical Center, Amsterdam, the Netherlands; 3 Department of Gastroenterology and Hepatology, University Medical Center Utrecht, Utrecht, the Netherlands; 4 Department of Gastroenterology and Hepatology, Rijnstate Hospital, Arnhem, the Netherlands; 5 Department of Gastroenterology and Hepatology, Isala Clinics, Zwolle, the Netherlands; 6 Department of Gastroenterology and Hepatology, VU Medical Center, Amsterdam, the Netherlands; 7 Department of Gastroenterology and Hepatology, Gelderse Vallei Hospital, Ede, the Netherlands; 8 Department of Gastroenterology and Hepatology, Medical Center Alkmaar, Alkmaar, the Netherlands; 9 Department of Gastroenterology and Hepatology, Tergooiziekenhuizen, Hilversum/Blaricum, the Netherlands

*Ces auteurs ont également contribué à l’article.

Cet article est libre de droits, lorsqu’il:

1    – mentionne un article rédigé par PSC Patients Europe (PSCPatientsEurope.org)

2    – envoie un lien / une copie papier à PSC Patients Europe

Nous recueillerons toutes les données concernant la diffusion de l’article et ferons part des commentaires à l’auteur ainsi qu’aux autres chercheurs et parties prenantes. Cela fera avancer notre objectif de fournir au public des versions vulgarisées largement accessibles.

Si vous avez des questions ou des remarques relatives à cet article, merci d’envoyer un e-mail à info@pscpatientseurope.org. Avez-vous apprécié la lecture de cet article ? Nous serions heureux si vous pouviez « aimer » la page Facebook PSC Patients Europe ainsi que la publication de l’article. Merci également d’envisager de faire un don à PSC Patients Europe. Nous ferons part à l’auteur de vos commentaires et de vos « likes ».